Ligue des nations : forfaits de précaution pour Diani et Katoto, suspensions pour le Final Four à éviter... Les Bleues en gestion face au Portugal
          Déjà qualifiée pour le Final Four depuis sa victoire face à l'Autriche, l'équipe de France se déplace au Portugal, mardi, pour conclure sa campagne de Ligue des nations invaincue, mais surtout sans imprévu.

Qualifs Final Four sans imprévu : Diani et Katoto forfaits, suspensions à éviter. Les Bleues en gestion au Portugal

Après avoir triomphé de l’Autriche, le parcours sans faute de l’équipe de France dans la Ligue des nations lui a déjà permis de se qualifier pour le très convoité Final Four. Toutefois, les Bleus ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin et s’apprêtent à se rendre au Portugal pour conclure cette campagne de manière invaincue et sans la moindre surprise.

« Nous ferons probablement tourner parce qu’il y a aussi des impatients. » Suite à la qualification pour les demi-finales de la Ligue des nations il y a quatre jours, après la victoire contre l’Autriche (3-0), Hervé Renard avait déjà annoncé les couleurs pour ce dernier match de l’année contre le Portugal, le mardi 5 décembre, au stade Dr. Magalhães Pessoa de Leiria.

Du côté de l’équipe de France, cette sixième et dernière journée sera sans enjeu puisque les Bleues ne peuvent plus être délogées de la première place de leur groupe. Avec le Final Four en février prochain et Paris 2024 toujours en ligne de mire, le sélectionneur a donc décidé de gérer son effectif.

Pour cette deuxième partie du stage, il a décidé de laisser au repos Kadidiatou Diani, remplacée à la mi-temps contre l’Autriche, et Marie-Antoinette Katoto, toutes deux victimes d’une gêne musculaire à une cuisse. Les deux anciennes coéquipières en club ont donc quitté le rassemblement ce lundi, par précaution, tandis que Melvine Malard, attaquante de Manchester United, a été appelée en renfort pour pallier leurs absences.

Deux jeunes défenseures qui évoluaient avec les U23 ce mois-ci sont également mises en avant : Hillary Diaz de Bordeaux et Thiniba Samoura du PSG. « Nous sommes également sous le coup d’éventuelles suspensions pour six joueuses. Si elles écopent d’un carton jaune [contre le Portugal], elles seront suspendues pour la demi-finale, donc nous ne prendrons presque aucun risque », a justifié Hervé Renard lors d’une conférence de presse ce lundi.

Lire aussi :  Paul Pogba : échantillon B positif à la testostérone après contre-expertise.

Parmi les joueuses menacées de suspension, on retrouve plusieurs titulaires habituelles : Elisa De Almeida, Amandine Henry, Eugénie Le Sommer, Griedge Mbock et Wendie Renard, ainsi que la milieu Léa Le Garrec. « Il y en aura cinq » sur le banc au coup d’envoi, a confirmé le tacticien, sans donner de noms.

Face aux Portugaises – qui doivent absolument gagner et espérer un faux pas de la Norvège en Autriche pour se maintenir en Ligue A – les Bleues devraient donc aligner une équipe remaniée. Les joueuses habituellement remplaçantes auront ainsi l’occasion de faire leurs preuves.

« Je pense que c’est plus sage. La notion de groupe sera renforcée, car celles qui joueront auront la responsabilité de préserver cette invincibilité », a souligné Hervé Renard avant l’entraînement des Françaises dans le stade où elles clôtureront une riche année internationale mardi. « L’objectif prioritaire est de rester invaincues dans cette phase de poules. Nous sommes l’équipe qui a marqué le plus de points dans les quatre groupes de Ligue A. À nous de continuer car être invincibles est toujours bon pour le moral. »

Une manière subtile de suggérer aux remplaçantes, qui auront plus de temps de jeu que d’habitude contre les Portugaises, de se montrer. Si les vérités de décembre ne seront pas forcément celles de l’été prochain, les places seront chères pour les Jeux olympiques avec une liste réduite à 18 joueuses, il vaut donc mieux ne pas gâcher une belle opportunité.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *