OM-OL : "Les joueurs ont peur lors des déplacements", alerte l'UNFP
          Le vice-président de l'Union syndicale des footballeurs professionnels (UNFP) David Terrier s'inquiète de la violence grandissante autour des matches de football.

Inquiétude de l’UNFP : violence grandissante lors des déplacements des joueurs de l’OM-OL

David Terrier, le vice-président de l’Union syndicale des footballeurs professionnels (UNFP), exprime sa préoccupation face à l’escalade de la violence qui entoure les rencontres sportives de football. Cette situation inquiétante soulève de nombreuses interrogations quant à la sécurité des joueurs, des spectateurs et de tous les acteurs du monde du football. En effet, le phénomène de violence ne cesse de prendre de l’ampleur, mettant en péril l’intégrité physique de ceux qui participent à ces événements sportifs. Cette situation alarmante doit être prise en considération par les autorités compétentes afin de prévenir toute forme de débordement et d’assurer un environnement serein lors des matches. Les actes de violence perpétrés autour des stades ont des conséquences néfastes sur l’image du football, mais également sur l’ensemble de la société. Il est donc primordial de mettre en place des mesures adéquates pour endiguer ce fléau et garantir la sécurité de tous. Cette problématique exige une réflexion approfondie ainsi que des actions concrètes pour faire respecter l’éthique sportive et préserver l’esprit de fair-play qui doit régner dans le monde du football. Par conséquent, il est essentiel que toutes les parties prenantes, des joueurs aux dirigeants en passant par les supporters, s’impliquent activement dans la lutte contre la violence dans les stades. Ensemble, nous devons agir de manière responsable et solidaire pour que le football retrouve sa place de divertissement populaire, sans crainte ni violence.

Depuis quelques semaines, les rencontres de la Ligue 1 sont marquées par de graves incidents. Le dernier en date est le décès d’un supporter du FC Nantes. Alors que le match OM-OL va être rejoué au stade Vélodrome, David Terrier, vice-président de l’UNFP, s’inquiète du climat général qui entoure le football français.

Lire aussi :  Jenni Hermoso, rappelée en sélection espagnole pour la première fois, après l'affaire Luis Rubiales

Franceinfo : Quelle est votre opinion sur les récents événements qui ont touché le football français ?

David Terrier : Du côté de l’UNFP, nous sommes très préoccupés et nous le dénonçons. Nous essayons d’agir à plusieurs niveaux, car les joueurs nous demandent et nous imposent de nous saisir de ce sujet. Les joueurs sont inquiets, ils ont peur lors des déplacements, voire même lors des entraînements, que ce soit avec les supporters adverses ou les leurs. C’est devenu un sujet très important pour nous.

Le match entre l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais, prévu le 29 octobre, va être rejoué mercredi, dans un contexte particulier. Avez-vous eu des retours de la part des joueurs de l’OL ?

Il y a en effet une crainte de la part des joueurs de Lyon. Bien sûr, l’entraîneur Fabio Grosso a été gravement touché, avec des séquelles mentales et physiques qui le suivront toute sa vie, c’est indéniable. Mais il y avait aussi tous les joueurs, tout le staff… Si je me mets à leur place, on leur demande de jouer dans le même stade avec le même public, dans les mêmes conditions. Psychologiquement, pour moi, le match est faussé. Les joueurs de l’OL ne sont pas dans des conditions optimales pour disputer cette rencontre.

Il aurait peut-être été préférable de jouer le match à huis clos ?

Si nous avions eu la solution idéale, cela aurait été trop facile. Il n’y a pas de bonne solution. Mais on peut penser qu’il aurait été plus équitable de disputer la rencontre sur un terrain neutre. Il ne faut pas non plus sanctionner les joueurs de l’OM, qui n’y sont pour rien. Un terrain neutre aurait au moins protégé les joueurs sur le plan psychologique. Ce n’est pas le cas ici.

Lire aussi :  Addiction aux paris sportifs chez les joueurs professionnels : cas révélés en Italie, Angleterre et France.

Que pensez-vous du moratoire souhaité par la ministre des Sports et le président de la LFP, interdisant les déplacements des supporters lors des matches à risques ?

Ce n’est pas la bonne solution. Il faut arrêter de faire de la communication. Je comprends le côté politique, d’autant plus dans une période très importante avec les Jeux olympiques qui auront lieu à Paris, et le désir de donner une image positive de la France dans le monde. Il est normal que les politiques réagissent ainsi, mais nous ne sommes pas sur des solutions à long terme et durables. Je pense qu’il faut adapter les lois, les règles et les sanctions à la nouvelle problématique. Les supporters d’aujourd’hui ne peuvent pas être gérés de la même manière que ceux d’il y a dix ou vingt ans.

« La tribune du foot est utilisée pour mettre en avant des problèmes de société et cela va trop loin, avec des morts. Ce n’est pas entendable. » – David Terrier, vice-président de l’UNFP, à Franceinfo.

Il n’est pas acceptable que le football puisse entraîner des décès. Il est nécessaire de protéger le sport, les sportifs et les supporters. Et pour les protéger, il faut créer des lois adaptées aux problématiques actuelles.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *