Armes de guerre : enquête sur un trafic qui a le vent en poupe en Europe
          Le trafic d'armes de guerre est en hausse en Europe. Sur le sol français, ces armes sont à l'origine de règlements de comptes mortels, à l'image de ceux survenus à Nîmes, dans le Gard, ces derniers mois.

Trafic d’armes de guerre en Europe : enquête sur une montée en puissance

La circulation illicite d’armes de gros calibre connaît une recrudescence en Europe. En France, ces armes se révèlent être le fer de lance de conflits violents, comme en témoignent les récents règlements de compte survenus à Nîmes, dans le département du Gard.

Les conséquences tragiques de la prolifération des armes de guerre à Nîmes

Il y a environ un mois, un individu est décédé suite à des tirs de kalachnikov à Nîmes, dans le Gard. Selon le reportage du journal télévisé de France 2, il y a eu pas moins de 105 fusillades impliquant des armes de guerre en 2023. Parmi ces armes, on retrouve des fusils d’assaut M16, des pistolets-mitrailleurs Uzi, ou encore des AK47. La diversité des armes utilisées dans ces actes de violence démontre la gravité de la situation. À Nîmes, la violence semble s’aggraver, avec quatre pertes humaines à déplorer ces derniers mois. Le 23 août dernier, un jeune homme de 18 ans a perdu la vie. Une vidéo tournée ce jour-là dans la cité Valdegour montre l’homme en question portant un fusil d’assaut SIG-550.

Le trafic d’armes en provenance de Suisse

Le fusil d’assaut SIG-550, visible dans la vidéo, est originaire de Suisse, un pays où les armes sont plus fréquentes et la législation plus permissive. Les armuriers suisses disposent d’un grand nombre d’armes de guerre, parmi lesquelles le célèbre SIG-550. Malheureusement, ces commerces d’armes sont régulièrement la cible de vols. Depuis l’année 2020, l’un de ces commerces a été cambriolé à quatre reprises. Les auteurs d’un de ces vols ont été appréhendés en France, à Lyon, quelques mois plus tard. Cependant, sur les 300 armes volées, seulement sept ont été retrouvées, selon nos sources. Les autres ont probablement trouvé leur place sur le marché noir, alimentant ainsi un trafic d’armes dangereux et déstabilisant pour la société.

Lire aussi :  Maires français poursuivent l'Etat pour carences en hébergement d'urgence

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *