La moitié des femmes cadres jugent difficile leur retour de congé maternité
          La maternité est un bouleversement pour les parents. Mais comment les femmes cadres vivent-elles spécifiquement cette période dans leur entreprise ? Il existe très peu d’études. L’association pour l’emploi des cadres s’est penchée sur le sujet.

Difficultés du retour de congé maternité pour les femmes cadres

La maternité constitue un chamboulement considérable pour les parents, mais comment les femmes exerçant des fonctions de cadre vivent-elles cette période au sein de leur entreprise ? Malheureusement, il existe très peu d’études portant spécifiquement sur ce sujet. Néanmoins, l’association pour l’emploi des cadres s’est intéressée à cette problématique et en a fait l’objet de ses recherches.

Un nombre important de femmes cadres font part de leurs difficultés et du manque d’accompagnement dans le cadre d’une étude menée par l’APEC. Ces femmes ont toutes donné naissance à au moins un enfant au cours des dix dernières années tout en étant tenues d’être disponibles et prêtes à relever les défis professionnels au sein de leur entreprise.

La première étape critique de ce parcours est l’annonce de la grossesse. De nombreuses futures mamans ne savent pas quand et comment annoncer leur grossesse. Elles ont le sentiment de devoir annoncer une mauvaise nouvelle et craignent de trahir leur employeur. Elles savent que la réaction de celui-ci peut influencer la suite de leur carrière. Selon l’APEC, la maternité est parfois considérée uniquement comme une absence pénalisante pour l’employeur et non comme une étape naturelle dans le parcours des femmes.

La deuxième étape critique est le retour de congé maternité, jugé difficile par près de la moitié des femmes cadres. Parmi les difficultés rencontrées, il y a la charge de travail accrue due à la fatigue selon 70% des sondées. Elles éprouvent des difficultés à retrouver la même efficacité et la même implication qu’auparavant. De plus, 44% des femmes ont du mal à retrouver leur place à leur ancien poste. Soit parce que leurs missions ont été récupérées par leurs remplaçants, soit parce que personne n’a assuré le relais et qu’il y a donc une surcharge de travail. 71% des femmes cadres subissent une augmentation de leur charge mentale et plus d’un quart d’entre elles déclarent que l’écoute et le soutien de leur manager se sont détériorés. Finalement, quand on leur demande si les entreprises aménagent réellement les choses pour faciliter leur retour, 71% des femmes cadres répondent par la négative.

Lire aussi :  New York : la police devra rendre compte de la couleur de peau des personnes contrôlées dès juin.

Il est important de rappeler que certaines obligations légales sont parfois oubliées. Le Code du travail impose une visite médicale obligatoire, un entretien avec l’employeur et la possibilité d’allaiter pendant les heures de travail. Ces informations sont rarement communiquées par les services des ressources humaines, souvent par méconnaissance ou parfois même par rétention d’information.

Pour améliorer cette situation, Gilles Gateau, le directeur de l’APEC, suggère aux entreprises de mettre en place des protocoles lors des différentes étapes de la maternité. Il propose de former les managers à l’annonce de la grossesse pour éviter les commentaires culpabilisants, mais également d’impliquer la femme dans le choix et la formation de son remplaçant. Il recommande également de favoriser la bienveillance et l’entraide lors du retour de congé maternité et d’aborder les conditions de travail. Actuellement, selon lui, cela relève trop souvent de bricolage, même au sein des grandes entreprises. Il est à noter que trois quarts des mères cadres estiment que leur congé maternité a ralenti leur carrière pendant plusieurs années.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *