Religieuses espagnoles quittent l’Église catholique pour un pseudo-évêque excommunié

Religieuses espagnoles quittent l’Église catholique pour un pseudo-évêque excommunié

Une congrégation de sœurs clarisses a récemment fait part de sa décision de rompre ses liens avec l’Église catholique afin de se placer sous la tutelle d’un évêque non reconnu par le Vatican et ayant été excommunié. Cette décision a été motivée par des enjeux liés à des transactions immobilières.

« La décision des sœurs clarisses de Belorado »

Le bruit courait dans les couloirs de l’évêché de Burgos. Une rumeur persistante affirmait que la communauté des sœurs clarisses de Belorado avait décidé de quitter l’Église. Les paroles de Sœur Paz, rapportées par Monseigneur Iceta sur les ondes de la radio Onda Cero, résonnaient encore dans les esprits : « Oui, nous avons abandonné l’Église catholique et nous sommes à présent sous la juridiction de Pablo de Rojas ». Une déclaration qui plongeait l’évêque dans la stupéfaction et la perplexité, après avoir reçu des nouvelles rassurantes de la communauté seulement quelques jours auparavant.

Pablo de Rojas, individu se présentant comme un évêque mais excommunié par l’Église, était au cœur de cette affaire. Les sœurs clarisses avaient publié un communiqué dans lequel elles exprimaient leur défiance envers les papes successifs, remontant jusqu’à Pie XII.

« Rassurantes, mais énigmatiques »

Dans une vidéo diffusée, la mère supérieure tentait de rassurer l’opinion publique : « On va bien, on n’est pas séquestrées loin de nos familles. On ne part pas de l’Église. Que ceux qui sont inquiets aient un peu de patience, on vous expliquera. En réalité, ce que l’on veut, c’est expliquer ce que l’on a découvert. Et notre désir de vérité et l’amour dans le Christ. » Des mots apaisants, mais chargés de mystère.

A lire aussi  Les enjeux du scrutin européen dans la campagne mémorielle d’Emmanuel Macron.

Vérité, amour, mais aussi intérêts matériels. Le « schisme de Burgos », ainsi que l’a surnommé la presse locale, trouva son origine dans le refus de l’Église d’autoriser les religieuses à acquérir un nouveau couvent.

source informationnelle : francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *