Policier Blesse Conducteur Après Refus d’Obtempérer à Créteil, Val-de-Marne

Dans la nuit du mardi 13 février, le périphérique parisien a été le théâtre d’une intervention dramatique après qu’un véhicule ait refusé de s’arrêter malgré plusieurs infractions. L’incident s’est déroulé près de Créteil dans le Val-de-Marne. Une brigade de policiers a tenté d’intercepter le véhicule, mais la situation a rapidement dégénéré.

Selon des informations obtenues par franceinfo auprès du parquet, le conducteur de la voiture a refusé d’obtempérer aux injonctions des policiers. Aux alentours de 2 heures du matin, les forces de l’ordre ont utilisé un dispositif Stopstick pour essayer de stopper le véhicule, une Audi RS3, sur le périphérique parisien. Cependant, la voiture a dévié de sa trajectoire et a blessé un policier à la jambe.

En réaction, le policier blessé a tiré deux coups de feu en direction du véhicule, touchant le conducteur au niveau du thorax. Le conducteur, grièvement blessé, a été transporté à l’hôpital dans un état critique, mais son état est désormais « stabilisé ». Les pompiers ont pu prodiguer les premiers soins avant de l’évacuer.

Lors de l’intervention, la voiture a été immobilisée à environ 150 mètres du lieu initial de l’incident. Les trois occupants du véhicule ont été arrêtés sur place. Une somme importante d’argent liquide, estimée entre 20 000 et 50 000 euros, a été découverte dans le véhicule, selon le parquet de Créteil. Les occupants étaient « très défavorablement connus » des services de police.

Deux enquêtes ont été ouvertes pour éclaircir les circonstances de cette affaire. La première, menée par le service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne, porte sur les accusations de tentative d’homicide volontaire sur une personne dépositaire de l’autorité publique, refus d’obtempérer aggravé et blanchiment. La seconde enquête a été confiée à l’IGPN, la police des polices, pour examiner l’usage de l’arme par le policier.

A lire aussi  Accident mortel à Paris : une voiture percute la terrasse d'un café

Cet incident à Créteil met en lumière les défis et dangers auxquels sont confrontés les policiers lors de leurs interventions, et les graves conséquences pouvant découler d’un refus d’obtempérer. Les enquêtes en cours permettront de déterminer les responsabilités et les circonstances exactes de cette intervention dramatique.

Détails de l’Intervention

Les événements ont commencé lorsque le véhicule, une Audi RS3, a été repéré commettant plusieurs infractions routières sur le périphérique parisien. Les policiers ont rapidement mis en place une brigade piétonne pour tenter de stopper la voiture, mais celle-ci a refusé de s’arrêter. Utilisant un dispositif Stopstick, les forces de l’ordre ont tenté de dégonfler les pneus du véhicule pour le contraindre à s’immobiliser.

Cependant, le conducteur a effectué une manœuvre brusque, déviant de sa trajectoire et percutant un policier à la jambe. En réponse immédiate à cette attaque, l’agent de police, blessé, a fait usage de son arme de service, tirant deux coups de feu en direction du véhicule. L’un des tirs a touché le conducteur au thorax, le mettant dans un état critique.

Réactions des Autorités et Prise en Charge Médicale

Le conducteur blessé a été rapidement pris en charge par les pompiers présents sur les lieux. Transporté en urgence à l’hôpital, son état était initialement jugé critique, avec un pronostic vital engagé. Cependant, après une intervention médicale, son état a été stabilisé, bien que la blessure soit grave, la balle étant située au niveau de l’aisselle gauche.

Le policier blessé, quant à lui, a été pris en charge pour ses blessures à la jambe et pour le choc émotionnel subi lors de l’incident. Il a été traité sur place par les services de secours avant d’être transporté à l’hôpital pour des soins supplémentaires.

A lire aussi  Le comédien Pierre Palmade sera jugé le 20 novembre prochain pour un accident survenu sous l'emprise de stupéfiants.

Découverte de Preuves et Enquêtes

Lors de l’inspection du véhicule, une somme importante d’argent liquide a été découverte, estimée entre 20 000 et 50 000 euros. Cette découverte a ajouté une dimension supplémentaire à l’affaire, suggérant une possible implication dans des activités illégales. Les trois occupants du véhicule ont été immédiatement placés en garde à vue.

Deux enquêtes distinctes ont été ouvertes par le parquet pour faire la lumière sur cette affaire. La première enquête, confiée au service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne, se concentre sur les accusations de tentative d’homicide volontaire sur une personne dépositaire de l’autorité publique, de refus d’obtempérer aggravé et de blanchiment d’argent. Cette enquête vise à comprendre les motivations des suspects et la nature des infractions commises.

La seconde enquête a été confiée à l’IGPN, l’inspection générale de la police nationale, également connue sous le nom de « police des polices ». Cette enquête est destinée à examiner les circonstances exactes dans lesquelles le policier a utilisé son arme de service. L’IGPN doit déterminer si l’usage de la force était justifié et conforme aux protocoles de la police en matière de légitime défense.

Contexte et Implications

Cet incident survient dans un contexte où les refus d’obtempérer deviennent de plus en plus fréquents et posent des défis significatifs pour les forces de l’ordre. Les policiers sont souvent confrontés à des situations dangereuses où leur sécurité et celle des citoyens sont menacées. Le recours à l’usage de la force, bien que controversé, est parfois nécessaire pour neutraliser des menaces immédiates.

La présence d’une somme importante d’argent liquide dans le véhicule soulève des questions sur les activités des occupants et pourrait indiquer une implication dans des affaires de blanchiment d’argent ou d’autres crimes financiers. Les enquêtes en cours devront éclaircir ces aspects et déterminer l’étendue des activités criminelles des suspects.

A lire aussi  Classement de l'enquête sur la cagnotte controversée de soutien à la famille du policier impliqué dans la mort de Nahel à Nanterre

Les autorités locales et les responsables de la sécurité publique surveillent de près cette affaire, soulignant la nécessité de renforcer les mesures de prévention et de sécurité pour protéger les citoyens et les forces de l’ordre.

L’incident de Créteil illustre les dangers et les défis auxquels sont confrontés les policiers dans l’exercice de leurs fonctions, ainsi que les graves conséquences d’un refus d’obtempérer. Les enquêtes en cours, menées par le service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne et l’IGPN, permettront de déterminer les responsabilités et les circonstances exactes de cette intervention dramatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *