Moha La Squale condamné à trois ans de prison ferme pour violences conjugales

Le rappeur Moha La Squale condamné à trois ans de prison ferme pour violences conjugales
          Pendant presque cinq ans, Mohamed Bellahmed – le vrai nom de l'artiste –, 29 ans, a fait subir à ses victimes un schéma de violences très similaire, a pointé la procureure.

La procureure a souligné que pendant près de cinq ans, Mohamed Bellahmed, de son vrai nom, âgé de 29 ans, a infligé à ses victimes un schéma de violences extrêmement similaire.

L’ex-rappeur Moha La Squale condamné à quatre ans de prison pour violences conjugales

Moha La Squale, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, a été condamné à quatre ans d’emprisonnement, dont un an avec sursis, pour des violences conjugales, séquestrations et menaces de mort envers six ex-compagnes. Le tribunal a décidé de maintenir l’artiste en détention, lui qui a déjà passé près de 17 mois derrière les barreaux.

Les faits reprochés se sont déroulés sur une période de cinq ans, de 2017 à 2021, pendant laquelle Moha La Squale aurait infligé un schéma de violences récurrentes à ses victimes. Les jeunes femmes étaient d’abord attirées par l’artiste, pour ensuite subir des maltraitances psychologiques, des menaces de mort et finalement des sévices physiques. Certaines ont été séquestrées lors de disputes, empêchées d’appeler à l’aide.

Le « double visage » de l’accusé

Les six victimes ont décrit de manière unanime le « double visage » de Moha La Squale, oscillant entre un comportement doux, gentil et affectueux, et une violence incontrôlable et paranoïaque. La procureure a souligné cette dualité et a requis une injonction de soins psychologiques pour l’artiste, qui refuse de reconnaître ses torts et se dit victime d’un complot de la part de ses accusatrices.

Moha La Squale a été critiqué pour son manque de remise en question et son discours réfutant en bloc les accusations portées contre lui. Ses avocats ont également souligné son attitude fantasque et narcissique, le déconnectant de la réalité et de la souffrance de ses victimes.

A lire aussi  Trois nouvelles mises en examen dans l'affaire de l'agression de Prisca Thevenot et son équipe de campagne lors des Législatives 2024, dont trois mineurs poursuivis pour violences aggravées.

Les victimes veulent aider, pas nuire

Les avocats des parties civiles ont insisté sur le besoin de réparer les blessures infligées par Moha La Squale à ses ex-compagnes. Ces dernières espèrent pouvoir retrouver une vie normale et se reconstruire après les traumatismes subis. Elles ne cherchent pas à nuire à l’artiste, mais à le pousser à se remettre en question et à se soigner pour éviter de nouvelles victimes.

Source de l’article : Francetvinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *