Actualités

Jeunes footballeurs arnaqués par des faux agents lors de leur rêve de gloire européenne

Un grand nombre de jeunes passionnés de football aspirent à une carrière en Europe, un objectif qui malheureusement profite à certains escrocs qui exploitent leur rêve en leur proposant de fausses convocations à des essais moyennant une somme d’argent. Ces malfrats jouent sur les espoirs et les aspirations des jeunes footballeurs, leur promettant une opportunité en or pour réaliser leurs ambitions sportives. Ils se présentent comme des intermédiaires capables de les mettre en relation avec des clubs prestigieux et des entraîneurs renommés. En échange d’une somme d’argent, souvent exorbitante, ils promettent aux jeunes joueurs un essai dans un club européen réputé, leur faisant miroiter des perspectives de réussite professionnelle et de gloire sur les terrains. Ces escrocs, souvent très persuasifs et manipulateurs, profitent de l’ignorance et de la vulnérabilité des jeunes joueurs qui rêvent d’une carrière internationale. Ils savent parfaitement comment jouer avec leurs émotions et leurs aspirations, leur faisant miroiter des opportunités alléchantes et des promesses de réussite. Malheureusement, une fois l’argent encaissé, les escrocs disparaissent dans la nature, laissant derrière eux des jeunes joueurs déçus et ruinés. Ces victimes de l’arnaque se retrouvent alors face à la dure réalité, sans perspective de carrière, ni ressources financières pour poursuivre leur passion. Cette situation est d’autant plus préoccupante qu’elle touche des millions de jeunes footballeurs à travers le monde, qui voient leurs rêves brisés et leur confiance profondément ébranlée. Il est donc primordial de sensibiliser et d’informer les jeunes joueurs ainsi que leurs familles sur ces pratiques frauduleuses, afin de les prémunir contre ces escroqueries et de protéger leur avenir sportif et financier.

Chaque année, de nombreux jeunes footballeurs se rendent aux centres d’entraînement des clubs professionnels, munis de convocations, mais se retrouvent face à des portes closes. Les clubs préfèrent rester discrets sur ce sujet, mais il est évident que de nombreux joueurs espèrent pouvoir montrer leurs talents dans des clubs européens, mais sont finalement recalés. Cette situation est souvent due à de fausses invitations à des essais, proposées par des « agents » escrocs en échange d’une somme d’argent plus ou moins importante. Franceinfo: sport a enquêté sur ce phénomène en répondant à plusieurs annonces sous l’identité d’un jeune joueur camerounais.

A lire aussi  Roland-Garros 2024 : Carlos Alcaraz bat Jannik Sinner en cinq sets

Le 14 décembre 2023, Buna, un Albanais de 19 ans, se présente au centre d’entraînement du FC Nantes, convocation en main, pour un essai. Le document semble authentique, avec le logo du club, un tampon et une signature, mais la syntaxe imparfaite trahit sa fausseté. La lettre indique que « l’équipe professionnelle Football Club de Nantes souhaite par la présente vous informer de tout son intérêt à vous » et se termine par « Je vous prie d’assurer monsieur, et votre sport fidèlement ». Bien sûr, cette convocation est fausse et Buna se voit refuser l’accès au centre d’entraînement. Son rêve s’effondre et il n’a plus de nouvelles de son agent, qui prétendait être Danois mais dont le compte bancaire, sur lequel Buna a versé près de 400 euros, est domicilié au Cameroun.

Hadji, un ancien international guinéen U17, a également été victime de cet agent camerounais en 2022, lorsqu’il avait 20 ans et jouait pour un club de première division guinéenne. « Un agent est venu me voir. Il m’a dit que j’étais un bon défenseur et qu’il pouvait m’aider à jouer en troisième division en Croatie », raconte-t-il à Franceinfo: sport. Mais Hadji doute et décide d’en discuter avec sa mère. Après une discussion avec l’agent, sa mère est convaincue et encourage Hadji à saisir cette opportunité. Elle trouve l’argent nécessaire, environ 10 000 euros, que Hadji remet à l’agent. Ce dernier lui réserve un voyage jusqu’en Égypte, où Hadji doit obtenir son visa, puis un vol vers la Croatie. Cependant, à son arrivée en Croatie, personne ne vient le chercher à l’aéroport. L’agent lui réserve une semaine dans un hôtel en lui promettant que le club le contactera bientôt. Mais les jours passent et Hadji ne reçoit aucun appel. Il tente de contacter l’agent, mais celui-ci bloque son numéro. Livré à lui-même, sans argent et sans abri, Hadji dort dans des gares et décide finalement de se rendre en France, à Lyon, en tant qu’admirateur de l’Olympique lyonnais.

A lire aussi  Roland-Garros 2024 : Djokovic indomptable, Français éliminés, Sabalenka impressionnante. Récap lundi

Après un long voyage en bus, Hadji atteint Lyon, mais sans papiers, il est expulsé vers la Croatie. Avec d’autres migrants, il décide de revenir en France et marche pendant plusieurs jours à travers la Slovénie puis l’Italie, sans beaucoup se nourrir. Finalement, il parvient à Nice et réussit à rejoindre la région lyonnaise, où il vit toujours de manière irrégulière, dans une maison abandonnée et sans chauffage. Il apprend avec tristesse que sa mère est menacée en Guinée car elle ne peut pas rembourser l’argent qu’elle a emprunté pour financer le voyage de Hadji. Malheureusement, Hadji ne peut pas l’aider car il n’a pas les moyens et il ne peut pas se rendre à la police car il n’a pas de papiers.

Amane Dramera, fondateur de l’association Passeur de rêve, a connu une situation similaire il y a 15 ans. Après avoir risqué sa vie pour traverser la Méditerranée en pirogue, il s’est retrouvé sans aucune opportunité dans le monde du football. Il a décidé de créer son association pour aider les joueurs victimes d’agents véreux. Selon lui, la lutte contre ce fléau passe par des opérations de sensibilisation, telles que celles menées par la Fifpro, en collaboration avec l’Organisation Internationale du Travail et la Fondation Didier Drogba, à destination du public africain.

Les jeunes joueurs africains sont particulièrement vulnérables aux escroqueries des faux agents, notamment en raison de leur rêve de devenir footballeurs professionnels et du manque de moyens pour intégrer de grandes académies. Jean-Flaubert Nono, manager général de l’École de football des Brasseries du Cameroun, l’une des meilleures académies du continent, confirme que les joueurs sont souvent sollicités par de vrais ou de faux agents. Son école sensibilise les joueurs à l’environnement extérieur et leur conseille de ne pas croire tout ce qu’on leur raconte.

A lire aussi  beIN Sports espère attirer 500 000 abonnés avec diffusion intégrale Euro 2024

Thomas Buanec, un véritable agent français, a également été victime d’usurpation d’identité par des escrocs sur les réseaux sociaux. Il explique que les faux agents utilisent ses photos et son nom pour se donner de la crédibilité. Franceinfo: sport a enquêté sur l’un de ces faux agents, qui se faisait passer pour un agent français licencié et demandait une caution de 320 euros pour traiter un dossier.

Ce phénomène d’escroquerie touche de nombreux jeunes footballeurs africains qui rêvent de faire carrière en Europe. Ils se retrouvent souvent démunis, sans argent ni papiers, livrés à eux-mêmes. Il est donc essentiel de sensibiliser les joueurs et leurs familles à ces dangers et de lutter contre ces escroqueries en poursuivant les faux agents et en mettant en place des mesures de protection pour les jeunes joueurs.

source informationnelle : francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *