Jeune homme tué par une policière à Cherbourg : ce que l’on sait.

L’individu âgé de 19 ans a fait fi des injonctions des forces de l’ordre et a décidé de poursuivre sa course, refusant ainsi de se soumettre aux sommations qui lui étaient adressées. Ce n’est qu’après avoir été contraint de s’arrêter par l’intervention d’un autre équipage de police que le jeune conducteur a enfin immobilisé son véhicule. Ces faits ont été rapportés par le procureur de Cherbourg, mettant en lumière le refus de coopération et l’attitude récalcitrante de l’individu en infraction.

Un drame survenu à Cherbourg

Un individu âgé de 19 ans a perdu la vie le dimanche 9 juin à Cherbourg (Manche) vers 23h40, lorsqu’il a tenté de s’échapper d’un contrôle de police en raison d’un excès de vitesse. Circulant à bord d’un véhicule volé, Sullivan a été mortellement touché au niveau de la poitrine par un tir, a indiqué le parquet de Cherbourg. Une policière, impliquée dans l’incident, a été placée en garde à vue puis mise en examen pour « homicide volontaire ». L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été chargée de mener l’enquête. Voici ce que l’on sait de cette tragédie.

Un contrôle routier après un excès de vitesse

En soirée dimanche, un équipage composé de trois policiers a tenté d’intercepter un véhicule roulant à une vitesse excessive à Cherbourg-en-Cotentin, selon les déclarations du procureur de Cherbourg, Pierre-Yves Marot. Le conducteur n’a pas obtempéré aux sommations et a continué sa route avant d’être contraint à s’arrêter par un autre équipage de police.

Les trois occupants du véhicule ont alors tenté de prendre la fuite à pied, l’un a réussi à échapper, un autre a été appréhendé et placé en garde à vue pour recel étant donné que le véhicule était signalé comme volé, a précisé le parquet de Cherbourg.

A lire aussi  Ossements de l’Enfant Disparu Emile Retrouvés près du Haut-Vernet dans les Alpes-de-Haute-Provence

Dans la confusion, le jeune homme de 19 ans originaire de Cherbourg-en-Cotentin a poussé délibérément l’un des policiers présents avant de prendre la fuite. L’un des agents a alors fait usage d’un pistolet à impulsion électrique, tandis qu’un autre a eu recours à son arme à feu, touchant mortellement la victime au niveau de la poitrine. Selon une source proche du dossier à franceinfo, le jeune homme n’était pas armé. Le procureur a par la suite transféré l’affaire au pôle de l’instruction de Coutances.

La policière mise en examen pour meurtre

Après que la famille de Sullivan ait porté plainte pour homicide volontaire, la policière impliquée a été présentée à un juge d’instruction et mise en examen pour homicide volontaire, a annoncé le procureur de Coutances, Gauthier Poupeau. Placée sous contrôle judiciaire strict, elle est tenue de ne pas se rendre à Cherbourg, de cesser ses activités policières et de se soumettre à des mesures de suivi et de soins, tout en étant interdite de détenir une arme.

Ses collègues ont témoigné en faveur de la policière, la décrivant comme une professionnelle exemplaire travaillant depuis de nombreuses années à Cherbourg. Christelle Sanier, secrétaire du syndicat Alliance police dans la Manche, a assuré qu’elle n’aurait pas fait feu si elle n’avait pas perçu une menace directe sur sa vie. L’IGPN a été saisie pour éclaircir les circonstances exactes de l’incident.

Des violences à Cherbourg

Dans la nuit qui a suivi l’incident, des affrontements ont éclaté à Cherbourg entre 1h et 3h du matin, impliquant une quinzaine de personnes s’en prenant aux forces de l’ordre. Des projectiles et des mortiers ont été lancés sur les policiers locaux et les agents de la CRS 8. Quelques biens ont été incendiés, mais fort heureusement aucune blessure n’a été signalée. Les autorités ont pris plusieurs mesures pour calmer la situation, notamment en interdisant certains produits et en appelant au calme et au respect du deuil de la famille.

A lire aussi  Une enquête ouverte après des accusations de violences policières lors d'une manifestation à Lille

Une marche blanche organisée mercredi

Suite à ces événements, la famille de Sullivan a plaidé pour le calme. Une marche blanche a été organisée par l’association socioculturelle La Maison pour tous Léo-Lagrange, dans le quartier Les Provinces où résidait le jeune homme disparu. Des centaines de personnes se sont rassemblées à Octeville pour lui rendre un dernier hommage. Les amis de Sullivan l’ont décrit comme un individu plein de vie, toujours souriant et aimable, ayant réussi brillamment dans ses études et son travail.

source informationnelle : francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *