OTAN : les alliés réaffirment leur soutien à l'Ukraine mais des tensions apparaissent
          Alors que tous les regards sont tournés vers le Proche-Orient, "le monde n'oublie pas l'Ukraine". C'est le message que les États-Unis et leurs alliés ont martelé ces deux derniers jours lors d'une réunion de l'OTAN. Pourtant, certains signaux sont au rouge.

OTAN : soutien à l’Ukraine malgré tensions

Alors que l’attention générale est focalisée sur le Proche-Orient, il est important de souligner que l’Ukraine ne doit pas être oubliée. Ce message a été clairement transmis par les États-Unis et leurs alliés lors d’une réunion de l’OTAN qui s’est tenue récemment. Cependant, il est inquiétant de constater que certains indicateurs montrent une situation préoccupante.

Les déclarations répétées sur la poursuite du soutien à l’Ukraine commencent à ressembler à de la méthode Coué. On prétend ne pas être lassé de cette guerre qui entre dans son deuxième hiver, ne pas être déçu de la contre-offensive ukrainienne figée sur des gains insignifiants, et ne pas vouloir cesser de s’investir. On affirme aussi qu’il n’est pas question de faire pression pour que des négociations s’ouvrent. La déclaration finale du 29 novembre est très claire : « Les Alliés poursuivront leur soutien aussi longtemps que nécessaire ». Ce message est également destiné au président russe.

Du côté européen, bien que l’Allemagne et les Pays-Bas aient annoncé des enveloppes financières importantes, ils ne pourront pas, comme promis, livrer un million d’obus d’ici le printemps, faute de capacités de production suffisantes. Sur le plan politique, les choses commencent également à se compliquer.

Deux nouveaux acteurs ont fait leur entrée dans le club : le nouveau Premier ministre slovaque Robert Fitzo et le leader d’extrême droite néerlandais Geert Wilders, tous deux farouchement opposés à la poursuite de l’aide à l’Ukraine. Viktor Orban, le Premier ministre hongrois pro-Poutine, a trouvé des alliés. Les discussions prévues dans 15 jours sur le budget européen s’annoncent difficiles et les milliards d’euros prévus pour Kiev risquent d’être revus à la baisse.

Lire aussi :  Polynésie : Pierrick Seybald, l'homme qui murmure aux requins

De l’autre côté de l’Atlantique, la situation n’est pas beaucoup meilleure. L’argent de Washington est toujours bloqué au Congrès par les républicains qui refusent de contribuer davantage à l’effort de guerre, du moins tant que les besoins d’Israël n’ont pas été évalués.

Pendant ce temps, sur le terrain, les Russes sont à l’offensive. Le 29 novembre, ils ont revendiqué la prise d’un village près de Bakhmut et progressent sensiblement dans Avdiivka, le nouveau point de fixation du front. Ils utilisent notamment la tactique des vagues humaines, avec des soldats qui avancent par milliers au même endroit, se sacrifiant littéralement. La Russie est désormais en économie de guerre et dispose de ressources humaines et matérielles grâce à l’Iran et à la Corée du Nord. C’est le message que le ministre des Affaires étrangères ukrainien a tenté de faire passer à Bruxelles : plus la guerre dure, plus Vladimir Poutine en profite.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *