L’université de Moncton au Canada ouvre ses portes aux étudiants étrangers
                  Le Canada est une destination très prisée par les étudiants internationaux. Si la province du Québec attire de nombreux francophones pour des raisons linguistiques, la province du Nouveau-Brunswick a le vent en poupe depuis plusieurs années.

L’université de Moncton au Canada accueille les étudiants étrangers

Le Canada est un choix incontournable pour les étudiants venus des quatre coins du globe. Alors que la province du Québec séduit de nombreux francophones grâce à sa langue officielle, le français, la province du Nouveau-Brunswick a connu une popularité croissante ces dernières années.

L’Université de Moncton, située au Canada, compte un pourcentage de 27% d’étudiants internationaux provenant de 40 pays différents, dont la France, selon les propos de Lauriane Laforge, membre de la direction de l’établissement. Cette université francophone est ancrée dans une région qui possède un héritage culturel important issu de la France, transmis par la communauté acadienne. En effet, le Nouveau-Brunswick et l’Acadie ont une histoire particulière qui a forgé une culture différente de celle du Québec. Le peuple acadien a dû se battre davantage et différemment pour préserver ses droits linguistiques en raison du contexte de province bilingue, ce qui lui confère une fierté française.

Il est essentiel de rappeler le tristement célèbre « Grand dérangement » de 1755, durant lequel des milliers d’Acadiens ont été déportés par les Anglais dans divers pays ou territoires à travers l’Atlantique. Cet événement historique souligne l’importance de l’existence d’une université francophone au Nouveau-Brunswick. L’université de Moncton est présente sur trois campus dans la province, à Edmundston, Moncton et Shippagan. Bien que relativement jeune, puisqu’elle a ouvert ses portes en 1963, elle accueille désormais 5000 étudiants et propose un large éventail de programmes d’enseignement, tels que le droit, l’éducation, les sciences, les services communautaires, l’administration et l’ingénierie.

Le département de formation continue de l’université enregistre environ 2500 inscriptions chaque année. Ce département répond aux besoins de personnes déjà en emploi qui souhaitent se réorienter ou aller plus loin dans leur carrière. Par exemple, des techniciens désireux de se lancer dans la gestion ou d’approfondir leurs connaissances, ou encore des cadres spécialisés en informatique qui souhaitent se tourner vers l’intelligence artificielle, un domaine d’actualité. Cette formation continue concerne également les nouveaux arrivants qui effectuent une reconversion complète. Par exemple, un enseignant dans son pays d’origine peut décider de venir au Canada pour ouvrir un magasin et suivre une formation en gestion.

Lire aussi :  Renouvellement du pacte UE-Turquie de 2016 pour les migrants : l'Union européenne demande une révision.

En outre, le département de formation continue accueille également des personnes qui n’ont jamais travaillé auparavant et pour qui l’expérience universitaire constitue une première étape importante. Certaines d’entre elles choisissent de suivre des cours à temps partiel pour différentes raisons : elles souhaitent se tester, elles doivent concilier leur travail avec leurs études ou encore elles ne sont pas encore sûres de leur projet professionnel. De plus, il y a des candidats qui poursuivent leurs études afin d’obtenir un diplôme.

L’Université de Moncton propose notamment un programme de MBA (maîtrise en administration des affaires) à temps partiel très réputé au Canada. Ce programme en management généraliste comprend des cours de comptabilité, de marketing, de ressources humaines et de fiscalité. Il peut être suivi entièrement à distance, y compris depuis la France par exemple. Cela offre aux personnes immigrantes la possibilité de commencer leur parcours de formation dans leur pays d’origine et de le terminer au Canada. L’avantage de ce programme est de pouvoir obtenir un diplôme local et reconnu au Nouveau-Brunswick, tout en travaillant déjà sur le marché du travail. Ainsi, les étudiants en MBA bénéficient d’un fort réseau de contacts grâce aux travaux de groupe réalisés pendant leurs études, ce qui facilite leur intégration professionnelle.

Le département de formation continue accueille également des personnes immigrantes qui souhaitent compléter leur cursus dans le secteur de l’enseignement. Ces personnes cherchent notamment à obtenir des crédits en pédagogie pour pouvoir exercer le métier d’enseignant. Elles suivent également des cours spécifiques sur des sujets tels que l’éducation en milieu linguistique minoritaire, car enseigner à des élèves dont le niveau de français varie peut être très différent de l’enseignement habituel. De plus, elles se forment aux lois scolaires propres au Nouveau-Brunswick dans le domaine de la gestion de l’éducation.

Lire aussi :  Israël prépare opération terrestre risquée dans conflit avec le Hamas à Gaza

En conclusion, l’Université de Moncton offre une multitude de possibilités d’études et de formation continue tant pour les étudiants internationaux que pour les personnes déjà sur le marché du travail, les nouveaux arrivants ou les personnes en reconversion. Cette université est un véritable carrefour culturel et académique grâce à son héritage acadien et à sa localisation dans une région riche en diversité.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *