Guerre entre Israël et le Hamas : pourquoi l'armée israélienne concentre désormais son offensive sur le sud de la bande de Gaza
          L'armée israélienne, qui a repris ses bombardements vendredi, vise notamment la grande ville de Khan Younès. Une stratégie aux multiples risques humanitaires et militaires, qui pourrait inscrire la guerre dans la durée.

Israël concentre son offensive sur le sud de Gaza pour inscrire la guerre dans la durée

Les forces armées d’Israël ont recommencé à mener des attaques aériennes depuis vendredi, en ciblant principalement la ville de Khan Younès. Cette stratégie présente de nombreux dangers autant sur le plan humanitaire que militaire, et risque de prolonger encore davantage la durée de cette guerre.

La fin des combats n’a duré qu’une semaine. L’armée israélienne a bombardé la bande de Gaza pour la deuxième journée consécutive depuis l’expiration de la trêve avec le Hamas. Ce samedi, les forces israéliennes ont annoncé avoir frappé plus de 400 cibles dans l’enclave, dont 50 dans la région de Khan Younès, la plus grande ville du sud de Gaza. Le Hamas a déclaré un bilan de près de 240 morts et 650 blessés en un peu plus d’une journée. Le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, avait annoncé trois objectifs dans cette guerre : éliminer le Hamas, faire revenir les otages israéliens et empêcher que Gaza ne soit une menace pour Israël. Cependant, poursuivre ces objectifs dans le sud de la bande de Gaza présente de nombreux risques militaires et humanitaires.
La zone sud de Gaza est considérée comme le siège du Hamas, où se cachent les hauts dirigeants du mouvement islamiste. Ehoud Olmert, ancien Premier ministre israélien, affirme que le siège du Hamas se trouve à Khan Younès, et Michael Milshtein, ancien chef du département des renseignements militaires israéliens, estime qu’il est très probable que Yahya Sinwar et Mohammed Deif, les principaux dirigeants du Hamas, s’y soient cachés. Avant la trêve, l’armée israélienne avait annoncé avoir démantelé une grande partie des brigades al-Qassam du nord de Gaza et avoir tué deux commandants de ces brigades. Cependant, selon Michael Milshtein, le Hamas est loin d’être anéanti et dispose d’un important stock d’armes et de roquettes. L’armée israélienne a donc frappé les terroristes et les infrastructures du Hamas dans la région de Khan Younès.
La reprise des offensives à Gaza, surtout dans le sud, présente de nombreux risques pour la population palestinienne. L’armée israélienne a ordonné l’évacuation du nord de la bande de Gaza au début de la guerre, mais la population de Khan Younès a triplé. Pour limiter les pertes civiles, l’armée a envoyé des SMS aux habitants de certaines zones, notamment les quartiers nord de Khan Younès, les exhortant à partir immédiatement. Elle a aussi largué des prospectus avec des codes QR leur permettant de se déplacer dans différentes zones. Cependant, ces initiatives ne sont pas adaptées à la situation, car beaucoup de Gazaouis n’ont pas d’accès à internet en raison des coupures d’électricité dans l’enclave depuis deux mois. De plus, la situation humanitaire dans le sud de Gaza est déjà désastreuse, car les déplacements de réfugiés ont entraîné un entassement d’un million de personnes dans un espace restreint. Le blocus de Gaza par Israël prive la population de fournitures essentielles telles que la nourriture, l’eau, les abris et les soins médicaux.
Sur le plan militaire, l’armée israélienne est confrontée à plusieurs obstacles. Elle ne peut pas envoyer de véhicules blindés dans cette partie de l’enclave en raison de la densité de population. Une solution envisagée serait de cibler Khan Younès et de repousser les Gazaouis dans une zone humanitaire près de la côte. Cette zone, appelée al-Mawasi, se trouve à côté des anciennes colonies israéliennes évacuées en 2005. Cependant, cette solution est critiquée car al-Mawasi est une terre vide sans infrastructures, ce qui rendrait la vie impossible pour les réfugiés.
Les États-Unis se retrouvent dans une position délicate. Ils soutiennent Israël, mais demandent à Tel Aviv de limiter les victimes civiles. Ils ont également mis en garde Israël contre des bombardements massifs dans le sud de Gaza, qui provoqueraient une crise humanitaire que les réseaux d’aide ne pourraient pas gérer. Le président français, Emmanuel Macron, a également mis en garde contre une destruction totale du Hamas qui pourrait entraîner une guerre de dix ans.

Lire aussi :  Renouvellement autorisation glyphosate : "Erreur monumentale" selon la Confédération paysanne

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *