Guerre en Ukraine : "La Russie ne s'arrêtera pas là", mais la France "ne lâchera pas le combat avec les Ukrainiens", soutient le chef de la diplomatie française
          Stéphane Séjourné accuse également  la "Russie d'attaquer sur le volet informationnel" la France", affirmant que "des manœuvres de déstabilisation informationnelle sont en cours".

Diplomatie française : France soutient l’Ukraine face à la Russie, dénonce des manœuvres d’information.

Stéphane Séjourné dénonce également l’ingérence de la Russie dans le domaine de l’information en France, en déclarant que des stratégies de déstabilisation médiatique sont actuellement en cours. Selon lui, la Russie mène des attaques ciblées visant à semer le trouble et la confusion au sein de la société française.

La Russie ne s’arrêtera pas là, selon le ministre français des Affaires étrangères

Stéphane Séjourné, ministre français des Affaires étrangères, a déclaré le vendredi 1er mars sur France Inter que la Russie ne va pas s’arrêter là. Il fait référence à la situation en Modalvie, où les séparatistes de la région de la Transnistrie ont demandé la protection de Moscou à la fin du mois de février.

Stéphane Séjourné établit un parallèle avec l’épisode des Sudètes. En septembre 1938, Hitler a réclamé que ce territoire tchécoslovaque soit cédé au IIIe Reich, obtenant même gain de cause lors de la conférence de Munich. « On ne peut pas se retrouver dans la même période qu’en septembre 1938, au moment où on a lâché la Tchécoslovaquie pour une paix éphémère », soutient le chef de la diplomatie française. S’il reconnaît que nous ne sommes pas dans la même situation, il note tout de même que « l’histoire se répète ». Stéphane Séjourné veut donc tirer « un enseignement » de la crise des Sudètes et insiste sur le fait qu’un « pas de côté face à une puissance impérialiste, c’est lui donner la possibilité de faire un pas en avant ».

Lire aussi :  Initiative populaire : interdire l'importation de foie gras en Suisse

La France « du bon côté de l’histoire »

Le ministre des Affaires étrangères accuse par ailleurs la Russie d’attaquer sur le volet informationnel la France. « Des manœuvres de déstabilisation informationnelle sont en cours », insiste-t-il. Stéphane Séjourné évoque notamment l’ingérence numérique venant de Russie révélée mi-février par Paris et reposant sur « 193 sites dormants » destinés à publier des contenus prorusses à grande échelle.

Le chef de la diplomatie française précise qu’une « organisation de désinformation et de manipulation des opinions publiques dans le cadre des élections européennes était en préparation ». Il reconnaît que la France est donc « dans une situation de fragilité avec la préparation des élections européennes et des Jeux olympiques ». Mais Stéphane Séjourné assure que « la France ne permettra pas qu’on attaque ses services publics, ses transports, ses hôpitaux ».

Le ministre des Affaires étrangères est aussi revenu sur les propos tenus lundi par Emmanuel Macron sur l’hypothèse de l’envoi de troupes occidentales en Ukraine. Il justifie ces déclarations en assurant qu’elles participent de « l’ambiguïté stratégique » mais permettent à la France d’être « du bon côté de l’histoire ». Stéphane Séjourné soutient cela dit que Paris n’enverra « pas de troupes militaires combattantes ». « Les Français ne mourront pas pour l’Ukraine », souligne-t-il.

Stéphane Séjourné rappelle « le cadre clair » fixé par la France, à savoir de « mettre en échec la Russie sans faire la guerre à la Russie », « d’empêcher la Russie de gagner, sans faire la guerre » à Moscou. Et ce « cadre fixé par le président de la République de ne rien exclure permet d’envoyer un message très clair à la Russie, que nous ne lâcherons pas le combat avec les Ukrainiens », ajoute-t-il.

Lire aussi :  Adhésion de la Géorgie à l'UE : La présidente géorgienne affirme que l'Europe est notre avenir

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *