COP28 à Dubaï : "pertes et dommages", nucléaire, renouvelable... Les engagements annoncés à ce stade au sommet pour le climat
          Ces annonces sont, pour beaucoup, des engagements volontaires, non contraignants.

COP28 Dubaï : Pertes et dommages, nucléaire et renouvelable – engagements non contraignants.

La plupart de ces déclarations constitueront des promesses volontaires, sans aucune obligation légale.

La COP28 est marquée par une série d’engagements volontaires concernant les finances et l’énergie. Cette conférence sur le climat, qui se déroule à Dubaï, a débuté avec une décision historique liée aux dommages climatiques. Les différentes annonces faites depuis le début du sommet sont principalement des promesses volontaires, mais non contraignantes. Ces engagements doivent aboutir à une décision finale qui soit approuvée par près de 200 pays sous l’égide des Nations unies. Voici un aperçu de ces engagements.

Création d’un fonds pour les « pertes et dommages » : lors du premier jour des négociations, un accord a été conclu pour mettre en place un fonds destiné à aider les pays vulnérables à faire face aux conséquences coûteuses et dommageables des catastrophes climatiques. Les premières promesses financières pour ce fonds s’élèvent à plus de 650 millions de dollars. Les Émirats arabes unis, l’Allemagne, l’Italie et la France ont chacun promis jusqu’à 100 millions de dollars ou d’euros. Cependant, ces montants sont considérablement inférieurs aux 100 milliards de dollars par an réclamés par certains pays en développement.

Expansion des énergies renouvelables et du nucléaire : une vingtaine de pays, dont les États-Unis, la France, le Japon et les Émirats arabes unis, ont appelé à tripler la capacité de production d’énergie nucléaire dans le monde d’ici 2050 par rapport à 2020. Cette initiative reflète un intérêt croissant pour l’énergie nucléaire, considérée comme une source d’électricité quasi sans émission de carbone. Au moins 118 pays ont également signé une déclaration pour tripler la capacité des énergies renouvelables mondiales d’ici à 2050 et doubler l’amélioration annuelle de l’efficacité énergétique d’ici à 2030.

Lire aussi :  Gouvernement italien de droite et d'extrême droite propose réforme constitutionnelle

La sortie accélérée du charbon et du méthane : la France a lancé une initiative avec les États-Unis et d’autres pays pour soutenir la sortie du charbon, qui représente encore un tiers de la production mondiale d’électricité. Certains pays ont appelé à débloquer de nouvelles sources de financement pour accompagner cette transition énergétique et atténuer ses conséquences sur l’emploi et la stabilité économique des pays émergents dépendants du charbon. Les États-Unis ont également rejoint une initiative appelée « Global Methane Pledge », visant à réduire de 30% les émissions de méthane d’ici à 2030.

L’intégration de l’agriculture dans les plans d’action : l’agriculture et l’alimentation, responsables d’environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, ont souvent été négligées lors des COP et des plans climatiques nationaux. Pour la première fois, plus de 130 pays ont accepté d’intégrer ces secteurs dans leurs plans d’action. Cependant, cette décision a été critiquée pour son manque d’objectifs concrets en faveur de régimes alimentaires plus durables, notamment sans viande.

En conclusion, la COP28 continue de susciter de nombreux engagements, tant sur le plan financier que sur le plan énergétique. Les pays participants ont présenté des initiatives volontaires visant à lutter contre les conséquences du réchauffement climatique, mais il reste encore beaucoup à faire pour aboutir à un consensus mondial solide.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *