Contrefaçon : l'Union européenne veut moderniser ses outils de lutte contre les trafiquants
          La Commission européenne a publié son rapport annuel cette semaine : la contrefaçon reste un fléau en Europe, avec 86 millions d’articles saisis en 2022.

Contrefaçon : l’UE modernise lutte contre trafiquants avec 86 millions d’articles saisis en 2022.

Cette semaine, la Commission européenne a rendu public son rapport annuel qui met en lumière l’ampleur persistante de la contrefaçon en Europe. En effet, pas moins de 86 millions d’articles contrefaits ont été saisis durant l’année 2022, reflétant ainsi le fléau persistant auquel font face les autorités et les consommateurs du continent. Ce chiffre alarmant témoigne de l’incroyable ingéniosité des contrefacteurs qui, malgré les efforts déployés par les forces de l’ordre, parviennent souvent à échapper à la vigilance des instances chargées de la lutte contre ce phénomène. Cette situation ne fait qu’accentuer les risques encourus par les consommateurs, qui se retrouvent à acheter des produits de contrefaçon de qualité médiocre, mettant non seulement leur bien-être en péril, mais également l’économie et les industries légitimes. Face à cette recrudescence de la contrefaçon, il devient urgent de renforcer les moyens de lutte et de sensibilisation, afin de protéger à la fois les droits des entreprises et la sécurité des consommateurs européens.

Les statistiques montrent que 86 millions d’articles contrefaits ont été saisis en Europe en 2022. Bien que ce chiffre soit légèrement inférieur à celui de l’année précédente, la valeur financière des marchandises interceptées par les douanes l’an dernier représente plus de deux milliards d’euros.

Depuis une décennie, le commerce illicite de produits contrefaits a un impact considérable sur nos économies. Selon un rapport, il représente environ 5% du chiffre d’affaires total de l’Union européenne. Les articles les plus souvent saisis sont des jeux et jouets, des vêtements, des sacs et des chaussures de sport, ainsi que des cigarettes et même des CD et des DVD, des produits que l’on pensait avoir disparu. Il est encore plus surprenant de constater que des emballages, des étiquettes et des autocollants sont également saisis.

Lire aussi :  Situation humanitaire al-Mawasi, zone humanitaire proposée par l'armée israélienne dans la bande de Gaza. Trêve terminée, inquiétude croissante.

Les fabricants introduisent séparément sur le marché unique les faux produits et leurs emballages, puis les assemblent sur le sol européen afin d’éviter les contrôles. Ces dernières années, ce sont principalement les services postaux et les entreprises de livraison qui permettent à ces contrefaçons de pénétrer notre marché, grâce aux achats en ligne. Les saisies aux frontières sont en nette diminution.

L’Italie est en tête de la liste des pays les plus touchés par ce phénomène, représentant plus de 60% des saisies de 2022. On ignore si les douanes italiennes sont plus efficaces ou si l’Italie est réellement une porte d’entrée majeure pour la contrefaçon. Viennent ensuite la France, les Pays-Bas, la Bulgarie et l’Allemagne. Neuf autres États membres se partagent le reste des saisies, tandis que le Luxembourg, l’Estonie et la Finlande enregistrent peu ou pas de saisies.

La provenance des produits contrefaits ne laisse pas place à la surprise, principalement de Chine, suivie de la Turquie, qui exporte notamment de nombreuses contrefaçons de vêtements de marque. Les téléphones portables, quant à eux, proviennent souvent de Hong Kong. En quelques années, nous sommes passés d’activités souvent artisanales à une véritable criminalité organisée.

La Commission européenne a présenté en mai 2023 une réforme de l’Union douanière, qui vise à lutter plus efficacement contre ce fléau. Cette réforme prévoit notamment la modernisation des procédures, avec la création d’une interface numérique unique pour simplifier les démarches administratives des importateurs. De plus, ce futur système utilisera l’intelligence artificielle pour mieux contrôler l’origine des marchandises.

Lire aussi :  Éruption volcanique menace Grindavik en Islande, 4 000 évacués

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *