Yachting : les vacances détaxées des ultra-riches
          Cash investigation a enquêté sur les "super-riches", qui louent des bateaux luxueux et sont exonérés de taxe, à la fois sur la location et sur le gasoil qu'ils consomment. Extrait.

Yachting : les ultra-riches bénéficient de vacances détaxées

Cash investigation a mené une investigation approfondie sur une catégorie bien spécifique de l’élite financière : les « super-riches ». Cette enquête révèle que ces derniers se livrent à des pratiques controversées, notamment en louant des bateaux de luxe, tout en bénéficiant de multiples exonérations fiscales. En effet, non seulement ces individus fortunés ne paient pas de taxes sur la location de ces somptueux navires, mais ils échappent également à l’impôt sur le gasoil utilisé pour leur consommation. Une véritable situation privilégiée qui soulève de nombreuses interrogations sur l’équité fiscale et nourrit le débat sur la redistribution des richesses. Cette enquête se pose ainsi en écho aux préoccupations de la société concernant les inégalités grandissantes et les avantages accordés aux plus riches. Elle met en lumière les disparités criantes entre les citoyens lambda, soumis à des taxes et impôts parfois lourds, et ces grands noms de l’élite financière qui semblent échapper à ces mêmes obligations. Une situation qui ne manque pas de susciter un sentiment d’injustice parmi les simples contribuables. Face à ces révélations, il est plus que jamais urgent de repenser nos systèmes fiscaux et de rétablir une certaine équité entre tous les membres de la société, quel que soit leur niveau de richesse. L’enjeu de la redistribution des richesses et de la lutte contre les inégalités est ainsi remis au cœur du débat public, où chacun peut s’interroger sur les solutions à apporter pour assurer une répartition équitable des charges fiscales et une contribution équivalent de tous à l’effort collectif.

La Côte d’Azur est le lieu privilégié des riches propriétaires de yachts. Pendant l’été, près de 2 000 yachts y accostent, représentant ainsi près de 40 % de la flotte mondiale. Profitant d’un événement à Nice, l’équipe de Cash Investigation a eu l’opportunité de s’approcher de cet univers de luxe. Pour louer le Royal Falcon One, il faudra débourser la somme de 210 000 euros par semaine. Cependant, le monde du yachting a trouvé un moyen de réduire considérablement cette facture.

Lire aussi :  Dubaï Airshow : perspective de commandes massives pour les constructeurs aériens

Les journalistes de France 2 se sont fait passer pour de riches clients à la recherche d’un yacht à louer. Le prix de la location inclut le bateau ainsi que l’équipage. « Ensuite, il y a la TVA. Normalement, la TVA est de 20 %. Cependant, certains bateaux acceptent d’autres types de contrats, comme des contrats de transport. Ceux-ci permettent de réduire la TVA de 10 à 0 %, en fonction de l’itinéraire », explique l’interlocuteur.

Le « contrat de transport » et sa TVA à 0 %

Depuis 2017, un nouveau type de contrat permet de bénéficier d’une TVA à 0 %. En France, les taxes ne sont pas les mêmes selon que l’on loue un yacht privé, avec une TVA de 20 %, ou que l’on effectue une croisière à bord d’un bateau. Dans les eaux françaises, la TVA est de 10 %, et elle passe à 0 % lors d’une escale à l’étranger. De plus, le carburant est vendu « à prix duty free », c’est-à-dire à moitié prix. Il suffit donc de faire passer son yacht pour un bateau de croisière en planifiant son itinéraire à l’avance, et cette pratique est tout à fait légale.

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *