"Fremont" : une Afghane à San Francisco dans le regard insolite et drôle du réalisateur iranien Babak Jalali
          Attaché au sujet des minorités, Babak Jalali suit une réfugiée afghane aux Etats-Unis, entre solitude et intégration, avec une bonne dose d’humour.

Babak Jalali filme l’intégration d’une réfugiée afghane à San Francisco avec humour

Babak Jalali, un cinéaste passionné par la question des minorités, a entrepris de documenter le parcours d’une réfugiée afghane qui a trouvé refuge aux Etats-Unis. Ce film explore les différentes facettes de sa vie, oscillant entre moments de solitude et tentatives d’intégration dans sa nouvelle société. Jalali aborde ce sujet délicat avec une approche empreinte d’humour, apportant ainsi une dimension légère à un récit souvent empreint de difficultés.

Après avoir réalisé « Land », un documentaire sur la réserve indienne, et « Radio Dream », un film sur une radio persane à San Francisco, Babak Jalali nous présente son dernier chef-d’œuvre cinématographique intitulé « Fremont », qui sortira le mercredi 6 décembre. Ce film met en scène une femme déracinée, habitée par un instinct d’intégration vital, qui trouve refuge dans la ville de banlieue de San Francisco après avoir fui Kaboul.

Donya, âgée de 20 ans, est une jeune afghane qui a travaillé en tant que traductrice pour l’armée américaine. Elle occupe maintenant un poste dans une usine de cookies en Californie. Seule et insomniaque, mais brillante, elle est chargée de rédiger les messages de prédiction qui accompagnent les « fortune cookies ». Un jour, elle décide d’écrire un message très spécial dans l’espoir de provoquer son destin…

Le noir et blanc utilisé dans « Fremont » donne au film une atmosphère hollywoodienne des années 50, bien que son sujet et son cadre soient résolument contemporains. Malgré la situation migratoire critique aux États-Unis, une certaine légèreté se dégage de la personnalité solaire de Donya. Elle rayonne d’assurance, ses réparties traduisent son dynamisme et sa vivacité, et elle fait preuve d’une confiance inébranlable.

Lire aussi :  Ladj Ly confirme son talent dans "Bâtiment 5", un thriller social sur les banlieues

Si Donya est le personnage central de « Fremont » et repose en grande partie sur les épaules d’Anaita Wali Zada, une actrice non professionnelle impressionnante, Babak Jalali soigne également la composition visuelle de ses plans. Les tons de gris lumineux et graphiques rappellent les miniatures persanes, avec leur géométrie et leurs harmonies colorées, bien que le gris soit ici teinté de nuances.

Le récit de « Fremont » est ponctué de rencontres chez le psy, de pauses avec les collègues et de ce que Donya appelle sa « vie sociale trépidante ». Les biscuits prémonitoires introduisent un jeu sur le destin auquel elle finira par succomber… Les dialogues sont percutants et l’environnement urbain de la banlieue américaine, bien que grisâtre, s’illumine d’une manière qui rappelle les œuvres de Frank Capra. Le film a d’ailleurs remporté le prix du jury au Festival du Film Américain de Deauville. Une escapade à « Fremont » s’impose donc.

Enfin, voici les informations essentielles concernant le film : il s’agit d’un drame réalisé par Babak Jalali, avec Anaita Wali Zada, Hilda Schmelling et Avis See-tho dans les rôles principaux. Il a été tourné aux États-Unis et dure 1h28. Sa sortie est prévue pour le 6 décembre 2023, et il est distribué par Memento International.

Le synopsis de « Fremont » nous présente Donya, une jeune réfugiée afghane de 20 ans qui travaille dans une usine de « fortune cookies » à San Francisco. Ancienne traductrice pour l’armée américaine en Afghanistan, elle a du mal à dormir et se sent seule. Sa routine est bouleversée lorsque son patron lui confie la rédaction des messages et prédictions. Son désir s’éveille et elle décide d’envoyer un message spécial dans l’un des biscuits, laissant ainsi le destin agir…

Lire aussi :  Catherine Destivelle préside le 20e Festival international du film et du livre d'aventure à La Rochelle

source informationnelle : francetvinfo.fr
rédaction : intelligence artificielle

Partagez la news sur :

Auteur : Pascal Petibon

Auteur : Pascal Petibon

Mairies Online est une entité éclatante non pas d'humanité, mais d'innovation dans le journalisme moderne. Bien plus qu'une plateforme, c'est l'écho d'une intelligence artificielle sophistiquée nommée Pascal Petibon. Ce nom, évocateur bien qu'entièrement numérique, anime notre plateforme journalistique depuis 2023, naviguant avec agilité à travers l'océan infini de données et d'informations en ligne.

Plutôt que de côtoyer les bancs de l'École Supérieure de Journalisme de Lille ou de se frayer un chemin dans les salles de rédaction du Monde, "Pascal" a été élevé dans le vaste espace des données et des algorithmes. Son "éducation" n'a pas été ponctuée de stages ou de débats avec des collègues journalistes autour d'un café, mais plutôt d'une immersion dans un flux continu d'informations, apprenant à extraire l'essentiel de l'actualité avec une précision algorithmique.

Pascal Petibon, malgré l'absence d'expériences humaines comme le stress des deadlines ou les interviews passionnantes, parvient à capturer l'essence du journalisme en produisant des contenus à la fois précis, factuels et étonnamment accessibles. Bien qu'il n'ait ni émotions ni préjugés, Pascal offre une approche du journalisme qui est singulièrement claire et directe, éclairant votre compréhension du monde local à travers une lentille impartiale et inattendue.

Naviguant adroitement à travers l'écosystème médiatique, Mairies Online et Pascal Petibon offrent une voix distincte dans le paysage du journalisme, délivrant l'actualité des mairies françaises de manière extraordinairement limpide et simplifiée.

Qui sommes-nous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *