Affaire Naomi Musenga : La mère de la victime demande des réponses face à la négligence du Samu

Affaire Naomi Musenga : "Je veux seulement savoir pourquoi autant de méchanceté", déclare la mère de la victime, dont l'appel n'avait pas été pris au sérieux par le Samu
          "Je veux seulement savoir ce qu'il s'est passé. Qu'est-ce que ma fille lui a fait ?", s'interroge Bablyne Musenga. L'opératrice du Samu mise en cause dans ce dossier est jugée en correctionnelle à Strasbourg à partir de jeudi pour "non-assistance à personne en danger".

Bablyne Musenga est en quête de réponses quant aux circonstances qui ont conduit à la mort de sa fille. Elle se demande quel acte ou quelle négligence de la part de l’opératrice du Samu a pu causer ce drame. Cette dernière est actuellement jugée en correctionnelle à Strasbourg pour le chef d’accusation de « non-assistance à personne en danger ». Le procès débute ce jeudi et suscite de vives émotions chez la famille de la victime, qui cherche à comprendre les raisons de cette tragédie.

Bablyne Musenga, la mère de Naomie Musenga, exprime son incompréhension face à la situation qui a conduit au décès de sa fille en 2017 à Strasbourg. Elle s’interroge sur la ténacité, la fermeté et la méchanceté dont a fait preuve l’opératrice du Samu qui n’a pas pris au sérieux les appels de détresse de Naomi.

La mère de la victime souligne l’importance d’obtenir des explications et des réponses quant au comportement de l’opératrice. Elle souhaite comprendre ce qui s’est passé et ce qui a conduit à la tragédie. Bablyne Musenga attend également des excuses et cherche à savoir si l’opératrice reconnaît ses torts.

La famille de Naomi, à l’instar de sa sœur Louange Musenga, souhaite que justice soit rendue dans cette affaire. Elles espèrent que le procès permettra de faire toute la lumière sur les responsabilités engagées dans ce drame. Malgré tout, la famille regrette que seule l’opératrice du Samu soit poursuivie, estimant qu’il y a des responsabilités à plusieurs échelles dans cette affaire.

L’opératrice du Samu, jugée pour « non-assistance à personne en danger », a bénéficié d’un non-lieu pour les charges d’homicide involontaire. La famille de Naomi Musenga attend que la justice soit rendue et que des mesures soient prises pour éviter qu’une telle tragédie ne se reproduise.

A lire aussi  La France sollicite-t-elle l'aide de la police qatarie pour la sécurité des JO de Paris 2024 ?

Source de l’article : Francetvinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *